Langue

À venir

« Retour

87e Congrès de l'ACFAS - Colloque

 

Agir ensemble pour démocratiser l'action publique en éducation et en santé et services sociaux : par quelles pratiques et par quels espaces de collaboration ?

Présenté par : Isabelle Ruelland et Simon Viviers  

 

Colloque conjoint du partenariat de recherche ARIMA du Centre de recherche et de partage des savoir InterActions du CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal et Centre de recherche et d'intervention sur l'éducation et la vie au travail (CRIEVAT) 

Informations pratiques

Quand :  27 – 28 mai 2019
Lieu : Université du Québec en Outaouais 
 

Description : 

Plusieurs recherches, sondages et lettres ouvertes tendent à montrer que la dimension humaine des services offerts dans les réseaux scolaires et sociosanitaires est en péril (Le Devoir, 2018; Lévesque, 2018; Rousseau, 2018). La « déshumanisation » des pratiques et « l'autoritarisme » de l'organisation devenue « trop centralisée » sous l'effet de réformes souvent associées aux préceptes de la Nouvelle gestion publique et aux approches de type Lean sont particulièrement pointés du doigt (Grenier et Bourque, 2016; Maranda et al., 2014; Parazelli et Ruelland, 2017). Paradoxalement, les politiques en matière d'organisation de l'action publique en éducation et en santé et services sociaux reconnaissent l'importance de l'autonomie professionnelle, de la collaboration et de la participation des personnes concernées notamment lorsqu'il s'agit d'intervenir sur des situations complexes (Couturier et Belzile, 2018). Vue comme une possibilité de mieux coordonner l'action publique et de mettre à profit la complémentarité des expertises, la collaboration devient un impératif organisationnel, professionnel et légal pour les professionnel.le.s, les gestionnaires de même que les personnes concernées et leurs proches. Devant ce paradoxe, il est urgent de se questionner sur la portée des espaces de collaboration prescrite.
 
Nous souhaitons aborder cette problématique sous l'angle de la démocratisation définie comme un processus de subjectivation politique favorisant le pouvoir d'agir sur les inégalités induites par un contexte organisationnel déterminé (Rancière, 1998). Comment les différent.e.s actrices et acteurs impliqué.e.s peuvent-ils se saisir des occasions de collaboration pour démocratiser l'organisation de l'action publique? C'est en décrivant minutieusement ce que les actrices et les acteurs font au quotidien qu'il est possible d'examiner des « espaces d'innovations démocratiques » en train de se faire dans les interstices de rencontres formelles et aussi informelles (Ruelland, 2019). Comment une expérience sociopolitique différente vécue dans ces espaces démocratiques peut-elle mener à des changements organisationnels qui agissent sur les inégalités sociales de pouvoir au sein des réseaux scolaires et sociosanitaires de manière à les réduire? Ce portrait dressé à grands traits met en évidence l'ampleur et la diversité des défis qui se posent quotidiennement aux différent.e.s actrices et acteurs qui coconstruisent l'action publique dans les secteurs de l'éducation et de la santé et des services sociaux, mais également des enjeux plus larges qui nécessitent des réponses collectives et institutionnelles pour tendre vers une démocratisation de l'organisation du travail et des services.
 
Ce colloque vise à nourrir une réflexion critique sur l'organisation collaborative de l'action publique et plus précisément sur les conditions favorisant le pouvoir d'agir des actrices et des acteurs sur l'organisation des réseaux scolaires et sociosanitaires.
 

Processus d'inscription :